Hotel   Ithaque   Contactez-nous/Réservation


L’île d’Ithaque a été habitée sans interruption pendant 6.000 ans. Au fil des siècles et selon les circonstances, le nombre d’habitants a varié, mais l’île ne fut pas abandonnée jamais complètement.

 

Des ruines d’édifices trouvées dans le nord de l’île attestent l’existence d’une activité humaine dès le Néolithique (4000-3000 av. J.-C.). Pendant l’époque de la civilisation hellénique primitive (3000-2000 av. J.-C.) des formes de vie sociale organisée sont attestées par les vestiges de bâtiments, chemins et murs de Pilikata, ainsi que par les découvertes faites dans la grotte de Loïzos. D’après certaines sources écrites et des découvertes mises au jour lors de fouilles conduites au cours de XIXème et XXème siècles, l’île d’Ithaque atteignit son apogée durant la période prémycénienne (2000-1500 av. J.-C.) et surtout celle mycénienne (1500-1000 av. J.-C.). L’île d’Ithaque était le chef-lieu de l’entité politique des Céphaloniens, qui comprenait les îles d’alentour et certaines régions de la Grèce continentale, constituant l’un des plus puissants états de l’époque. Les habitants d’Ithaque ont été décrits comme des marins expérimentés et des bons explorateurs. Après le déclin et le démembrement de l’état de Céphaloniens, l’Ithaque est occupée par les Doriens (la période dorique, 1000-800 av. J.-C.). Le déclin de l’île, causé par l’occupation dorienne, continue pendant l’apogée du pouvoir grec (800-180 av. J.-C.). Malgré ça, l’île est peuplée sans discontinuité par des sociétés organisées, notamment dans le nord.

 

La domination romaine (180 av. J.-C. – 394 apr. J.-C.) ne change pas la situation. L’Ithaque, incluse dans la province romaine d’Illyrie, est toujours habitée par une société organisée. La majorité de la population vit dans le nord de l’île. Le paganisme est la religion dominante jusqu’à la fin de cette période, comme en témoignent les preuves d’un culte dédié aux dieux et à Ulysse. Les Romaines restent sur l’île jusqu’en 394 apr. J.-C., lorsque Ithaque entre à faire partie de l’Empire Byzantin. C’est à partir de cette date que le christianisme est introduit dans l’île et on construit des églises et des monastères. Au cours de la période byzantine (394-1185 apr. J.-C.) l’Ithaque est annexée à l’île de Céphalonie, les deux étant incorporées à la province d’Épire. La période médiévale est marquée par l’occupation d’Ithaque et des îles d’alentour par les Normands (1185-1204). Les seigneurs féodaux qui se succèdent ont des règnes courts. Au Moyen Âge, les raids des pirates causent une diminution considérable de la population.

 

En 1479, les Turcs occupent peu à peu les îles de Leucade, Céphalonie, Ithaque et Zakynthos, saccageant et incendiant les villages, et font prisonniers beaucoup d’habitants, déportés ensuite à Istanbul pour coloniser la ville. L’Ithaque reste presque déserte, puisque la plupart des survivants se réfugient dans d’autres régions. En 1499, après le commencement de la guerre vénéto-ottomane, l’Ithaque et les îles environnantes sont assiégées par les troupes espagnoles et vénitiennes. La conquête progressive des îles commence dès l’an 1500 et en 1503 Ithaque, Céphalonie et Zakynthos se rendent aux Vénitiens, tandis que Leucade capitule devant les Turcs. L’an 1504 marque le début officiel de la domination vénitienne ; la République vénitienne nomme un administrateur et des nouveaux habitants sont attirés sur l’île par les avantages qui leur sont offerts, comme la cession des terrains et l’exonération de taxes pour cinq ans.

 

Après le triomphe de la Révolution Française, les îles ioniennes sont cédées aux républicains français (1797-1798). Le territoire est divisé administrativement, avec la création de la préfecture d’Ithaque, ainsi nommée en raison du prestige attaché à l’île. La nouvelle unité administrative comprend les îles de Céphalonie et de Leucade, également que certaines régions continentales. Les habitants de l’île reçoivent avec enthousiasme les Français, qui y entament un processus de modernisation de l’administration et du système judiciaire. Des nouvelles idées, des nouveaux systèmes et des nouvelles attitudes sociales émergent dans cette période. À la fin de 1798, les Français sont suivis sans incidents par les Russes et les Turcs (1798-1807), alliés à cette époque. En 1800, ceux-ci s’accordent pour créer la République des Sept-Îles, dont la capitale est Corfou, basée sur un régime démocratique : l’autorité est exercée par un sénat de 14 membres, dont un représentant d’Ithaque. La circulation maritime s’intensifie, puisque les navires ithaquiens sont libres de parcourir tout le Pont-Euxin et de transporter des marchandises aux ports de la Mer Noire.

 

En 1809, les britanniques assiègent et conquièrent l’Ithaque et d’autres îles Ioniennes. Sous la domination britannique on assiste à la création d’un nouvel état indépendant, la République des Îles Ioniennes. En 1817, une Assemblée constituante adopte une constitution. Pendant la révolution contre les Turcs de nombreux soldats et civils de la Grèce continentale cherchent refuge en Ithaque, dominée par un esprit libéral. Plusieurs habitants de l’île s’enrôlent pour augmenter les forces de la marine et de l’armée révolutionnaire ; en outre, vingt-sept d’entre eux sont devenus des membres fondateurs de la Société amicale (Filiki Eteria), une organisation secrète fondée par des intellectuels grecs pour préparer et soutenir la révolution.

 

La population connaît une forte augmentation, ainsi qu’à la fin de cette période l’île compte environ 15.000 habitants. Ça suscite une vague d’émigration : c’est en Roumanie que se forme le premier noyau d’émigrants au même temps que beaucoup de grecs originaires d’Ithaque occupent des prestigieuses charges culturales et publiques dans divers pays occidentaux. L’Ithaque s’engage sur un chemin de modernisation : on construit un réseau de routes, pendant que la force commerciale et maritime fait des progrès considérables. Un autre indice de développement était le chantier naval qui y fonctionnait. Les enfants fréquentent les écoles publiques et privées fondées dans les principaux villages de l’île, la production se diversifie, les échanges commerciaux avec des autres régions s’intensifient et sur le plan économique et social on assiste à une augmentation du niveau de vie.

 

Le 21 mai 1864 les îles Ioniennes sont rattachées à la Grèce. En Ithaque, le changement du régime politique apporte une ambiance de fête, avec joie et des salves de canon. Dans un premier temps, le maintien de l’ordre dans l’île est confié à un petit corps d’armée (nommé « lochos ») constitué spécialement à cet effet et formé par une centaine de jeunes. À la fin du XIXème siècle l’émigration vers les pays riverains du Danube, la Roumanie et la Roussie prend des proportions dramatiques. La communauté des émigrants ithaquiens compte environ 1.000 personnes, plusieurs avec des positions importantes dans le trafic maritime et sur le marché du vin, d’huile et des raisins secs. Les habitants d’Ithaque s’occupent principalement de l’agriculture, d’élevage, du commerce et de la pêche.

 

Dans les premières années du XXe siècle, les travaux de construction et aménagement entrent dans une nouvelle phase. Les nouveaux projets prévoient des écoles élémentaires dans tous les villages, des collèges, d’hospices, des réseaux des conduites d’eau, une centrale électrique à Vathy et l’amélioration des routes existantes. La vie intellectuelle s’anime à mesure que le niveau de l’éducation augmente. L’Orchestre philarmonique de Vathy est fondé en 1910, alors qu’en 1928 on commence la publication d’un journal local et d’autres périodiques de l’Association des Ithaquiens. Beaucoup de bateaux sont détruits pendant la Première Guerre Mondiale, la capacité de transport de produits étant donc gravement affectée. En la même période, la communauté présente dans les pays riverains du Danube entre dans une phase de déclin et on assiste à un exode vers d’autres pays, les États Unis, Australie et Afrique du Sud. Ce processus réduit de manière significative la population permanente de l’île et diminue la production locale. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, tandis que la Grèce est occupée par les forces de l’Axe, les îles Ioniennes sont cédées à l’Italie. Bientôt se forment des groupes de résistance. L’Ithaque participe à la résistance nationale en perdant beaucoup de soldats. En 1943, les Allemands remplacent les Italiens et leur occupation se maintient jusqu’à la défaite de l’Axe, suivie par la libération de l’île (1944). Durant l’occupation, la population isolée survit grâce à l’agriculture, qui connaît une phase d’expansion remarquable. Immédiatement après la libération beaucoup de gens quittent l’île, soit en émigrant, soit pour travailler comme marins.

 

En août 1953, plusieurs tremblements de terre dévastateurs font crouler la plupart des bâtiments sur l’île, en détruisant des villages entiers et provoquant des immenses dégâts. La reconstruction commence tout de suite sous l’administration ferme du maire Nikolaos Kolyvas et avec le support financier des marins, des émigrants originaires d’Ithaque, des subventions accordées par l’État et avec le soutien de plusieurs institutions et personnalités européennes. Néanmoins le déclin démographique ne ralentit pas et c’est seulement ces dernières années que le nombre des habitants s’est stabilisé autour de 3.000 individus.

 

Les archives historiques d’Ithaque

Les archives historiques d’Ithaque rassemblent environ 1.500.000 documents qui couvrent la période allant du début du XVIIème siècle jusqu’à nos jours. Même si elles ne sont pas des « grandes archives », elles méritent toute la considération des chercheurs. Les archives de l’île ont le privilège d’être parmi les plus complètes dans les îles Ioniennes. Ils sont très riches et bien conservées malgré le passage des années et les circonstances difficiles (des dominations successives, des périodes de turbulences politiques, des guerres, des tremblements de terre etc.). Une telle conservation est due au niveau élevé de conscience historique et culturelle des Ithaquiens. Après la classification réalisée durant la dernière décennie par la Fondation Nationale pour la Recherche, le riche matériel a été divisé dans les sections suivantes :

 

a) Archives administratives (les archives de l’administration vénitienne, les archives des actes administratifs de la période 1797-1817, les archives du gouvernement grec) ;

 

b) Archives notariales ;

 

c) Registre de l’état civil ;

 

d) Documents ecclésiaux.



 

 

Copyright © 2018 Hotel Mentor |M.H.T.E. 04.57.Κ.01.3Α.00720.00 | Designed by the design shop | Powered by Dynacomp AEBE